«Ce sont ceux qui payent qui décident» – Pierre-Paul Routhier, maire de Châteauguay

 

(Châteauguay, 25 février 2018) – Les 100 premiers jours de l’administration Routhier ne laissent rien présager de bon pour la suite du mandat. Outre, les allégations de conflits d’intérêts qui planent sur la tête du maire, les citoyens devraient grandement se préoccuper des impacts qu’auront la pléiade de fausses bonnes nouvelles sur leur qualité de vie.

En effet, en moins de trois mois, ce conseil municipal a multiplié les changements de zonage. Nos élus avouent sans rougir vouloir permettre aux promoteurs de développer à leurs guises, sans égards aux préoccupations citoyennes. «Nous sommes élus pour gouverner », a lancé Pierre-Paul Routhier, pour expliquer sa décision de réduire les consultations publiques à une période de 30 minutes précédant les séances du conseil.
Pourtant, les changements de zonage mis en branle par l’administration Routhier soulèvent de nombreuses questions, dont les premières devraient être : quels sont les avantages de ces changements à court, moyen et long terme sur notre qualité de vie collective ? Les promoteurs en seront-ils les uniques bénéficiaires?

De fausses bonnes nouvelles

À première vue, les annonces de projets de développement économique semblent toujours être de bonnes nouvelles. Toutefois, l’histoire récente nous apprend que plus souvent qu’autrement lorsqu’on laisse le champ libre aux promoteurs, on se retrouve avec un aménagement anarchique dont les citoyens-contribuables font les frais. L’analyse des projets aujourd’hui sur la table (restauration rapide avec service à l’auto dans le stationnement du Centre Régional, station-service avec dépanneur et possible McDonald à l’angle de Brisebois et René-Levesque, culture de la marijuana partout dans le parc industriel et allègement de la densité dans le secteur TOD) en fonction des meilleures pratiques de développement durable, de mobilité active et de rentabilité fiscale prouvent, malheureusemen, que nous avons raison de craindre pour le futur de notre qualité de vie physique et financière.

Loin d’engager Châteauguay dans une démarche lui permettant de se distinguer avec une transition harmonieuse de son statut de banlieue à ville dynamique, les récents changements de zonage indiquent un retour vers les années 70 et 80. On ne tient pas compte des perspectives démographiques et socio-economiques et encore moins de la lutte aux changements climatiques. Les fast-foods construits dans le staionnement du Centre Régional viendront réduire les places de stationnement, le service à l’auto viendra compliquer les déplacements de tous les usagers à pieds, en vélo ou en voiture. La station-service avec dépanneur et possible fast-food au coin René-Levesque est certainement le projet le moins bien adapté possible pour ce terrain, dont le seul accès possible se retrouve sur Brisebois. Enfin, que penser de la volonté rapidement exprimée par le nouveau conseil d’ouvrir grand la porte à toutes les entreprises de culture de marijuana ?

À ceux et celles qui avanceront l’argument des investissements pour justifier l’empressement des nouveaux élus à faire ces changements de zonage, il serait certainement bien de relativiser. Le projet au Centre Régional prévoit un investissement total sur deux ans de moins de 7M$. Ceci inclut la rénovation intérieure et extérieure du mail, la construction des bâtiments neufs et autres travaux d’infrastructure et de paysagement.  En comparaison, IGA a investi 7,5M$ pour rénover et agrandir l’épicerie du boulevard d’Anjou et Rona 4M$ pour agrandir son magasin du boulevard Saint-Jean-Baptiste en 2016. La rénovation du centre commercial est certes une bonne nouvelle; le bon vieux centre d’achats avait en effet besoin d’amour. La pertinence des fast-foods dans le stationnement tout comme celle du projet de station-service/dépanneur/fast-food et des usines à marijuana demeure toujours questionnable.

-30-

Source : Action citoyenne/Citizens’Action

Promoters at the controls of the City of Châteauguay – Economic development at any cost to the detriment of quality of life

«Those who pay decide! » – Pierre-Paul Routhier, Châteauguay Mayor

(Châteauguay, February 25, 2018) – The first 100 days of the Routhier administration do not bode well for the rest of the term. In addition to the allegations of conflicts of interest hovering over the mayor’s head, citizens should be deeply concerned about the impact that the pleiad of fake good news will have on their life quality.

In less than three months, this municipal council has multiplied the zoning changes.  Our elected officials admit without blushing want to allow developers to develop in their ways, without regard to the concerns of citizens. « We are elected to govern, » said Pierre-Paul Routhier, explaining his decision to reduce public consultations to a 30-minute period prior to council meetings.  Yet the zoning changes set in motion by the Routhier administration raise many questions, the first of which should be: what are the benefits of these changes in the short, medium and long term on our collective quality of life?  Will promoters be the sole beneficiaries?

Fake good news

At first glance, announcements of economic development projects always seem to be good news. However, recent history tells us that more often than not, when we leave the field open to promoters, we end up with an anarchic development of which citizen-taxpayers are paying the price. The analysis of projects on the table today (fast food with car service in the parking of the Regional Center, gas station with convenience store and possible McDonald’s at the corner of Brisebois and René-Levesque, culture of marijuana throughout the industrial park and lightening density in the TOD sector) according to the best practices of sustainable development, active mobility and fiscal profitability prove, unfortunately, that we have reason to fear for the future of our quality of life physical and financial.

Far from involving Châteauguay in an approach that allows it to distinguish itself with a harmonious transition from its status as a suburb to a dynamic city, recent zoning changes indicate a return to the 70s and 80s.  We do not take into account the demographic and socio-economic, and even less so in the fight against climate change. The fast-food restaurants built in the Regional Center will reduce the number of parking places, the service to the car will complicate the movement of all users on foot, by bike or by car. The gas station with convenience store and possible fast food at the corner René-Levesque is certainly the least suitable project for this land, whose only access is found on Brisebois. Finally, what to think of the will quickly expressed by the new Council to open wide the door to all marijuana growers?

To those who will advance the argument of investments to justify the eagerness of the new elected to make these zoning changes, it would certainly be good to relativize. The project at the Regional Center provides for a total investment over two years of less than $ 7M. This includes the interior and exterior renovation of the mall, the construction of new buildings and other infrastructure and landscaping works. In comparison, IGA has invested $ 7.5M to renovate and expand the boulevard d’Anjou and Rona $ 4M grocery store to expand its store on the Boulevard Saint-Jean-Baptiste in 2016. The renovation of the mall is certainly good news ; the good old shopping center was in need of love. The relevance of fast food in the parking lot as well as that of the service station / convenience store / fast food and marijuana plants project is still questionable.

-30-

4 réflexions sur “Les promoteurs aux commandes de la Ville de Châteauguay – Le développement économique à tout prix au détriment de la qualité de vie

  1. Why does the Châteauguay Mayor feel that we need more fast food restaurants, depanneurs and gas stations? Where are the stores that were supposed to be built near the hospital? I think that Châteauguay must all ready have the most restaurants per capita! He must feel it is okay to reduce the parking space at the mall because most people already shop outside of châteauguay because there is little of interest here.

    Aimé par 1 personne

  2. La chose que je m’explique mal est qu’il existe des normes en urbanisme. Alors comment peut-on passer outre ses normes pour satisfaire un promoteur. Cela implique plusieurs personnes et non seulement le maire. Donc soit le maire a une très grande influence et que les employés sont timides ou bien les règlementations de la ville sont trop permissives et pleines de trous.

    Aimé par 1 personne

    1. Dans les municipalités, les urbanistes ne peuvent que proposer les meilleures pratiques, les élus ont le loisir d’adopter la réglementation qu’ils veulent. Normalement, cette réglementation doit répondre aussi à ce que les citoyens expriment lors des consultations publiques. Il revient donc aux élus de s’assurer que les préoccupations citoyennes soient reflétées dans la réglementation. Dans les cas qui nous intéressent, il est évident que les élus sont uniquement à l’écoute des promoteurs.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s